Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Marées et pêche de loisirs

A marée basse, la mer découvre l’estran et c’est sur cette partie du littoral que se pratique la pêche à pied. Sur l’estran sableux ou vaseux, vous trouverez les coquillages fouisseurs et sur l’estran rocheux des moules, bigorneaux et crabes.

Les marées, un phénomène naturel liée à l’astronomie

pêcheurs©Anthony SturboisLa marée est un effet de l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil sur les océans. Les plus grandes marées se produisent lorsque les forces d’attraction de la Lune et du Soleil se conjuguent. La force d'une marée est indiquée grâce à un coefficient qui va de 20 pour les marées les plus faibles, dites de mortes-eaux à 120 pour les grandes marées, dites de vives-eaux. Le marnage indique la hauteur entre la haute mer et la basse mer.


Pour comprendre vraiment cet effet en image,
consultez une vidéo d'explications.

 

Pour choisir le meilleur moment pour la pêche à pied, consultez les horaires de marées de Quiberon et profitez des coefficients supérieurs à 100 pour optimiser votre pêche.


La pêche à pied, une histoire ancienne

Profondément ancrée dans l’identité littorale de nombreux territoires bordant l’Atlantique et la Manche, la pêche à pied trouve ses sources à la préhistoire. Elle a traversé les âges, apportant aux hommes un complément d’alimentation et/ou de revenu très souvent vital tout en structurant le paysage social et culturel des communautés littorales, influençant par exemple les langages, les coutumes, et la structuration de groupes.

Le site du mésolithique de Beg Er vil en est un témoignage très probant :  des fouilles ont livrées une quantité importante de vestiges de repas d’origine marine : restes de crabes, de poissons, d’oursins, coquilles marines, d’oiseaux marins mais aussi des objets utilitaires : macro-outillage sur galet, outils et des parures en coquillages… ainsi que de nombreuses structures archéologiques : foyers, fosses prouvant que ce site côtier était habité même si le niveau de la mer était alors plus bas.

Pêcherie à la pointe de ConguelPlus récemment, les populations locales ont imaginé la construction de pêcheries, véritable pièges retenant l’eau de mer et  pour capturer les crabes notamment : ces constructions sommaires sont encore visibles sur la grève à la Pointe de Conguel par très grands coefficients de marée, là où la mer se retire suffisamment loin.

C’est à l’apparition des congés payés et par la démocratisation des séjours au bord de la mer que la pêche à pied a amorcé en France une mutation vers le loisir. Le tourisme a apporté aux territoires littoraux de nouveaux pêcheurs à pied ; mais également une manne économique qui a participé à un changement de point de vue sur les ressources marines glanées sur l’estran.

Pour connaître les zones littorales autorisées à la pêche en fonction des périodes, demandez-nous en la carte ainsi que la liste des espèces autorisées.

 

Pêche à piedpêche à pied et peche a la ligne

La pêche à pied récréative est une des activités les plus pratiquée sur le littoral français. Près de 2 millions de Français s'y adonnent chaque année, régulièrement ou à l'occasion d'un court séjour. La pêche à pied est ancrée dans toutes les familles du littoral et dans l'attractivité touristique de nombreux territoires.

Face à cette pression de pêche, une règlementation s’est mise en place pour préserver l’environnement et la ressource. Nous vous invitons à la consulter et veiller ainsi au respect des tailles, des quotas et à utiliser des outils non-ravageurs.

 

 et pour en savoir plus : www.aires-marines.fr

et pour le suivi sanitaire :

http://www.pecheapied-responsable.fr/ALERTES#Morbihan.

 

Roland Rozo, marin-pêcheur, témoigne

« Comme de nombreux Quiberonnais, les vacances scolaires depuis le collège jusqu’au Lycée m’ont vu embarquer pour la saison de sardine de juin à septembre. Puis naturellement le service militaire de Brest à Toulon puis Lorient avec de nombreux «  Pays » ajouta à l’apprentissage initial, le sentiment d’appartenir à la communauté. J’embarquai immédiatement au long cours pour parfaire la formation de marin et élargir ma vision du vaste monde. La trentaine arrivant, les charmes de la presqu’île étaient tels que je ne pouvais plus la quitter pour de longs mois. Ainsi virent le jour la même année et mon fils et mon bateau. Trente ans plus tard je passe la barre du « SCARBO » confiant. Il devrait pour longtemps encore débarquer le fruit du labeur de Benoît à la criée de Port Maria. »

Pour en savoir-plus sur toute l'activité de la pêche de Quiberon, écoutez le témoignage de la responsable de la criée municipale


Zoom sur le pouce-pied, un crustacé atypique

Le pousse-pied, un "drôle" de crustacéLe pouce-pied est un crustacé de la famille des anatifes qui croît en grappes. Inlassablement douché par les vagues déferlant sur lui, il s'agrippe à la roche par un pied flexible et musculeux, couvert d'une peau parcheminée noirâtre. Ses 5 doigts charnus  sont coiffés d'une coquille articulée. Quand sa coquille s'ouvre, de petites pattes brassent l'eau qui baigne les branchies. Il lui faut un peu moins de deux ans pour atteindre une taille commercialisable de 3 à 15 centimètres de long. La pêche au pouce-pied est strictement règlementée et réservée aux pêcheurs avertis car il ne niche dans les roches les plus inaccessibles  de la Côte Sauvage.